Être son fils (Parcours d’un enfant seul)

Être son fils (Parcours d'un enfant seul)

Autrice : Isabelle Steenebruggen
A partir de 16 ans

16,50 

L’histoire :
Hidli, c’est toute une vie, ses routes et ses déroutes, ses questionnements, ses fondements, qu’il va revisiter au cours de ce récit inspiré de certains faits réels.

“Tu es un joyau, Hidli, je te souhaite d’arriver à t’aimer un jour comme tu le mérites.”
“Tu vas encore souffrir, Hidli , s’écria mon frère aîné.”
“Ce jour-là, pour la première fois, je me demandai ce que des gens comme eux, originaires de pays riches et en paix, venaient chercher dans une guerre qui n’était pas la leur.”
“Ils essayaient de sauver des gens qu’ils ne connaissaient pas, après avoir laissé derrière eux d’autres personnes qui, elles, les aimaient et les attendaient.”
“C’est une question à laquelle je n’ai toujours pas trouvé de réponse.”
“Continue à lutter, de toutes tes forces, pour que plus personne ne vive ce que tu es en train de vivre, ce que tant de familles sont en train de vivre.”
“Réfléchis bien, Hidli.”
“Elle savait aussi cette image qui me revenait, qui me hantait, le pays qui se noyait, qui se laissait entraîner vers le fond par la haine.”
“La lutte désespérée, infatigable, pour retrouver l’air, la paix, la seule issue possible pour continuer à vivre.”
“Quand on a vécu un événement tellement bouleversant, on s’étonne de voir que le reste du monde tourne encore rond.”
“De la pitié pour Jeanne, si courageuse, qui venait chercher dans cette île en guerre des souffrances pires que les siennes…”
“Fais ce que tu as toujours fait, Hidli. Fais de ton mieux ce qui te semble juste. “
“Ces années à la Croix-Rouge, dures et belles, m’avaient donné un sentiment d’aboutissement.”
“J’ai toujours préféré mentir aux gens que j’aime plutôt que de leur annoncer des vérités douloureuses. C’est tellement plus facile.”
“Les gens sans coeur pullulent en temps de guerre.”
“Je ne pouvais pas rester indifférent à ce spectacle.”
“Réfléchis-y, analyse bien tes options. Parce que je ne pense pas que tu en aies beaucoup d’autres. »
“J’ai fait de mon mieux avec les moyens dont je disposais.”
“Cette île est pleine de dieux et d’esprits malins, tu sais.”
“Quelle ironie, moi le voyou, l’enfant infréquentable d’Oruwapitiya.”
“Je n’ai jamais oublié d’où je viens.”

Pour qui :
Adolescents et adultes, comprendre des histoires de vies.

À propos :
Isabelle Steenebruggen soutien la maison d’édition depuis 2011 en diffusant et revendant nos livres par son activité de commerce équitable : lapachamama.eu. C’est là qu’elle rencontre “Hidli” et décide de romancer son histoire.

“La Pachamama était la déesse-mère des Incas. Pour nous, elle symbolise le lien à la Terre, le lien Nord-Sud et le lien parent-enfant.”

C’est dans ses activités de commerce équitable qu’elle rencontre “Hidli”. Si les dialogues, les paysages, les émotions sont romancés, c’est vraiment son parcours de vie. Même si certaines choses sont arrivées à d’autres que lui. Par exemple, son meilleur ami n’est pas vraiment mort, mais l’attentat a bien été commis de cette façon-là.

Détails techniques

Format

Nombre de pages : 208
Présentation : couverture souple
Poids : 310g

Fabrication

Imprimé chez Jouve Print à Mayenne ( 53)
Papier issu de forêts gérées durablement
Encres végétales

Vous aimerez peut-être aussi…